Assez rapidement après avoir lancé mon activité de photographe de mariage, j’ai créé une chaîne YouTube. Pourquoi en rajouter une couche ? N’y avait-il pas déjà assez de chaînes sur la photographie ? C’est à la fois vrai et faux, voici pourquoi.

Quand j’ai lancé cette chaîne YouTube, mon ambition était de parler principalement de ma reconversion professionnelle. En effet à l’époque, j’étais un enseignant sur le départ. Cela faisait pas loin de quatre ans que je réfléchissais activement à la question. Je me suis dit que ça intéresserait pas mal de monde, d’autant plus que des enseignants en reconversion, il y en a pas mal en ce moment (on ne peut pas vraiment dire que l’institution fasse son maximum pour attirer de nouvelles recrues). Mais tenir une chaîne YouTube est très chronophage. J’en sais quelque chose, j’en anime une autre sur la musique et la littérature.

Un obstacle autre que le temps s’est assez rapidement : le manque d’intérêt. Parler de reconversion professionnelle, ce n’est vraiment pas mon truc. Devenir photographe de mariage, c’est suffisemment prenant en soi et je manque encore beaucoup de recul. Donner des coups de main de temps à autre, ça me fait plaisir et d’ailleurs, si vous êtes dans cas, je suis toujours prêt à répondre à vos questions. Mais y consacrer une chaîne YouTube, ce n’est pas (plus) dans mes cordes.

Parler de photo de mariage ?

Un formateur en marketing, voyant ma relative aisance devant la caméra (enfin, c’est très variable… je suis capable de prouesses en termes d’emmèlage de pinceaux) m’a suggéré de me servir de ma chaîne pour parler photo de mariage. Pour se faire connaître, paraît-il, c’est vraiment efficace. Je n’en doute pas. J’ai essayé mais… Je n’y arrive pas. Ça ne me cause pas, j’ai le sentiment que c’est surfait. Vous pourrez aller voir, j’ai laissé les vidéos en ligne. J’adore faire de la photo de mariage, rencontrer de nouvelles personnes, m’intégrer à de nouveaux milieux, courir toute la journée après les images, échanges avec mes collègues prestataires photographes. Mais en parler sur YouTube, ça me fatigue assez vite. j’ai donc fait une croix dessus, trop d’énergie pour rien.

Allais-je vraiment laisser tomber ?

Bien sûr que non. Quand j’ai une idée derrière là tête, elle y reste. Aujourd’hui le YouTube francophone est plutôt bien garni de chaînes allant des tutoriels plutôt techniques aux questions plus historiques ou artistiques. La qualité est variable, mais j’ai quand même le sentiment qu’on s’en sort plutôt bien. En photographie comme ailleurs, YouTube a le mérite de donner accès à des domaines autrefois plus difficilement abordables. C’est typiquement le cas avec la photographie argentique. Sans le support YouTube, jamais je n’aurais trouvé le temps de m’y mettre. Les chaînes de Baptiste (EMGK Photogaphie) ou Nicolas (Nicolas Petit) m’ont permi de gagner un temps plus que précieux.

Et ma chaîne dans tout ça ?

Ayant déjà suffisemment de travail avec la photographie de mariage (d’autant plus que je suis en train d’élargir mon offre dans le but de proposer aussi des prestations en argentique vu que ça me titille quand même terriblement) et mon autre chaîne YouTube, je ne me voyais pas plancher un an sur un concept révolutionnaire. J’ai fait au plus simple.

Des pistes de réflexion

Au final mon parti pris est assez simple. Je pars de ma propre culture artistique pour proposer des pistes de réflexion sous la forme d’improvisations, de billets d’humeurs. Ça ne fera pas de ma chaîne la plus populaire des chaînes YouTube sur la photographie. Mais ça a le mérite de contribuer à une réflexion générale qui nous aide à grandir un peu plus. Et mine de rien, réfléchir à voix haute comme ça, face caméra nous amène à penser différemment, force à organiser ou au moins à tenter d’organiser la pensée différemment de ce que l’on ferait à l’écrit ou tout seul dans son coin.

Je vous invite donc à aller jeter un oeil à la chaîne et à vous y abonner.

Bisous