Quel est mon parcours ?

La quarantaine, je n’ai jamais imaginé la vie autrement qu’avec un appareil photo dans les mains pour en témoigner, la raconter. À 10 ans, l’idée de partir en vacances sans un appareil photo en main me paraissait inimaginable. Depuis, ça ne m’a plus quitté. Mon premier appareil photo numérique, au début des années 2000 m’a permis d’aller encore plus loin. La photographie est un moyen expression et de narration sans équivalent, c’est ce que j’ai très vite compris.

Il faut d’abord savoir que mon univers n’est pas simplement photographique. Il est aussi musical et littéraire. Ce sont 3 manière différentes de s’exprimer et de raconter une époque. Elles sont complémentaires, aucune ne peut remplacer l’autre. C’est assez naturellement que je me suis dirigé vers la pratique artistique de la photographie, comme support de texte.

J’ai forgé un regard. Pas mieux ni moins bien que celui des autres photographes. Le mien, tout simplement. Il s’est dessiné au gré des rencontres, des expériences. À 40 ans, on n’a pas les yeux qu’on avait à 20 ans ou à 10 ans. Même s’il reste quelque part, une petite lueure d’enfance…

En 2017, je me suis rendu compte que tout ce que j’avais appris en musique, en littérature et surtout (of course !) en photographie, je pouvais le mettre au service des autres. Et j’ai (re-)découvert la photographie de mariage. Ça a été un choc. Je n’avais jamais connu une telle expérience humaine.

Depuis 2018, donc, je photographie les mariages. Je joue le rôle de témoin d’une histoire forte, unique. Ces dernières années, j’ai fais des dizaines de rencontres, photographiés des visages beaux, émouvants. Par l’image, j’ai eu la chance de prendre au vol des petits rien de vie qui en disent plus longs parfois, que des discours incroyables ou des images tape à l’oeil qui en disent plus sur le photographe que sur les personnes qu’il photographie.

Et depuis 2019, je consacre une partie de mon activité aux artistes et au artisans. Cette envie m’est venue de ma propre pratique artistique, bien sûr, mais aussi de mon histoire. J’ai vu des mains travailler le bois, façonner des meubles, tranformer la matière.

Le mariage, l’art et l’artisanat ont ceci de commun qu’ils sont le fruit d’une histoire humaine aussi ancienne que l’écriture. C’est fascinant. Et c’est pour raconter ces histoires que je fais de la photo.

Pourquoi la photographie de mariage ?

Un mariage est un événement culturel et familial très particulier. C’est un moment de vie très codifié, préparé, ritualisé. Et contrairement à certaines idées reçues, ce sont ces apparences qui permettent à chacun de montrer le meilleur de lui-même. Ça sera parfois le seul moment d’une vie, ou presque, où le papa qui ne montre jamais ses émotions, laissera couler une larme, où les mariés heureux s’embrasseront en public, où on laissera les enfants vivre une vie d’enfant joyeuse avec pour seule limite la joie d’être avec les autres… Bref c’est un peu tout ça que je prends en photo et bien plus…
Mais le mariage c’est avant tout l’exaltation du couple, de l’histoire de deux êtres, d’une rencontre entre une femme et un homme, entre deux hommes, entre deux femmes. C’est un choix et un pari. Dont le mariage n’est pas la nécessité, mais au moins un symbole, pas plus ni moins légitime qu’un PACS, pas plus ni moins légitime qu’un non-mariage. Ce n’est pas une question de valeur ni d’engagement. Mais une manière de graver cette rencontre dans les mémoires, et pas seulement celle des familles. Une manière de toucher du doigt l’éternité…

Quel est mon style photographique ?

Je ne me rattache à aucun style. Je suis par nature, décalé, un peu en dehors de la norme. Et j’aime ça ! Dans mes images, vous trouverez une cohérence : des regards, des couleurs privilégiées, des points de vue. Mais vous n’y retrouverez pas ce qui est à la mode du moment. D’une certaine manière, je pratique une photographie intemporelle.